La géologie du diamant brut permet de mieux cerner les différentes conditions de formation du diamant brut et d’en définir les origines. Zoom sur cette science qui s’intéresse à la pierre précieuse, particulièrement la volcanologie et les impacts météoriques qui sont à l’origine du plus beau joyau de la nature.

Géologie du diamant brut dans sa gangue de kimberlite

Géologie du diamant brut dans sa gangue de kimberlite.


Conditions de formation du diamant brut en géologie

Le diamant résulte de différentes conditions de formation. Pour mieux comprendre, intéressons-nous à la géologie du diamant brut. Plongeons dans les entrailles de la Terre, et même au loin, dans la galaxie. Quand la géologie du diamant brut révèle les origines de la gemme

Géologie du diamant brut : formation dans la terre

De l’énergie est requise en masse pour la cristallisation du carbone en diamant : entre 1100°C et 14000C de température et 4.5GPa à 6GPa de pression. Il faut aussi du temps pour la formation des cristaux de diamant. Ils s’obtiennent progressivement par combinaison de treillis d’atomes. Après avoir parcouru 150 à 1000km de profondeur, le diamant sort des profondeurs terrestres à la suite d’un phénomène volcanique. L’éruption des roches volcaniques à une vitesse phénoménale entraine la formation de cheminée de type kimberlite Plus le temps passe, plus elle s’érode. Le diamant brut formé est acheminé par les eaux de ruissellement. Par contre, la présence de microdiamants (résultat de 800°C et 4 GPa) reste forte dans les roches continentales.

Plus on a d’informations sur la pureté du diamant, donc sur ses inclusions (type minéralogique, contenu et composition isotopique), mieux on comprend la genèse de la pierre précieuse. Formée à partir du manteau terrestre, la roche diamantifère reste très recherchée en tant que résultat d’un phénomène très rare. En remontant à la surface par système volcanique, le magma subit un refroidissement dans des roches de type lamproïte ou kimberlite. En même temps se fait la remontée à la surface de matériaux rocheux (avec les diamants). La gemme n’a pas le temps de se transformer et on la découvre au final en inclusions dans les kimberlites.

Également d’origine sédimentaire, le diamant est transporté par le magma à la surface à travers la cheminée volcanique. Selon leur densité et leur poids, les diamants libérés s’accumulent dans les sédiments. Certains diamants peuvent être composés de carbone issu d’organismes (algues…). Dans des zones de subduction, le mouvement des plaques tectoniques a entrainé l’ensevelissement du carbone organique dans le manteau terrestre. D’où la formation de diamant brut d’origine organique. Il reste reconnaissable grâce à ses inclusions typiques (d’omphacite ou de grenat).

Genèse du diamant brut à des années lumières

L’Arizona aux States fut le siège de la découverte de météorites métalliques qui contenaient de petits cristaux de diamants. Rappelez-vous du plus gros diamant découvert dans la galaxie avec son imbattable nombre de carats : 10 000 000 000 000 000 000 000 000 000 000 000 cts. Il s’agissait d’une masse de carbone cristallisée, nommée l’« Étoile BPM 37093 ». Sa découverte fut annoncée par le Harvard-Smithsonian Center for Astrophysics (Cambridge). Cette dernière se situe dans la constellation du Centaure.

Comprimé lors de l’impact violent d’un astéroïde, le graphite devient du diamant d’origine extraterrestre. D’ailleurs, la découverte d’un immense gisement en Sibérie du Nord dans les années 70 fut tenue secrète jusqu’en 2012. La quantité de diamants découverts dans le cratère Popigaï est plus de 110 fois supérieure à la réserve du monde. Du fait de leurs petites tailles et leur très grande dureté, ces diamants sont essentiellement utilisés en industrie.

Faire la distinction entre les deux types de gisements

Après avoir exploré toute la géologie du diamant brut, voici une petite réflexion sur la différence entre un gisement primaire et un gisement secondaire.

Les gisements primaires du diamant brut

Ils sont constitués par des dikes (lames de roche magmatique infiltrées dans une fissure) et des pipes (cheminées sous forme de conduit vertical en dessous du volcan). Les gisements primaires jouissent d’une composition en roches de nature kimberlite et lamproïte. Via des roches éruptives et lors d’une « explosion » terrestre, les diamants remontent à la surface à une folle vitesse. Et vous imaginez la suite…

Les gisements secondaires du diamant brut

Créés au fil des années, les gisements secondaires résultent de l’érosion des cheminées volcaniques. Une fois altérée, la roche kimberlite perd de sa dureté et devient molle. Au fur et à mesure des pluies et autres intempéries, les diamants s’écartent, portés par les eaux de ruissellement. Ces pierres précieuses sont ensuite éparpillées un peu partout sur leur passage.